LA BRONZE : AMOUR ET FASCINATION

1 Mar 2015

Texte de Marie-Pierre Quevillon

© Maude Tourchette

 

Nadia Essadiqi, alias La Bronze, est une passionnée des mots et de la musique, “par la vie quoi!” comme elle le dit si bien. “Je mords dans la vie, littéralement, affirme-t-elle. Je profite de chaque seconde et je me passionne pour les gens qui m’entourent. C’est dans mon quotidien et dans ma vie de tous les jours que je puise mon inspiration. Les relations humaines me fascinent.” 

 

L’artiste, qui vient tout juste de lancer en septembre dernier son premier album éponyme, est très fière de son nouveau bébé. Elle a travaillé autant à l’écriture des textes, qu’à peaufiner les mélodies et les arrangements. “Je peux dire que cet album me représente réellement comme artiste, mais aussi comme femme, exprime-t-elle. L’album reflète mon énergie et mon envie de tout dévorer, tout de suite, tout le temps. Il est vraiment fidèle à ce que je voulais livrer comme premier album. J’en suis très fière.”

 

La passion de La Bronze pour son art est contagieuse. La richesse des textes illustre bien que le processus de création de ses chansons est à la fois spontanné, mais aussi très réfléchi et personnel. “J’ai besoin d’écrire, de m’exprimer, confie-t-elle. Les embryons d’idées proviennent de mon quotidien, de mon environnement. Je m’inspire beaucoup de mon entourage et des relations humaines en général. La chanson m’offre une très grande liberté pour m’exprimer sur toutes sortes de sujets qui me touchent. Le processus de création de cet album a été naturel. Je peux dire qu’il est littéralement né de mes entrailles. Il est vraiment à la hauteur du message que j’avais envie de partager. Je m’inspire beaucoup de la vie, de ma vie ne fait!”

 

Du haut de ses 28 ans, La Bronze s’exprime avec maturité et féminité. Son assurance désarmante lui a sans doute permis de s’entourer de précieux collaborateurs pour son premier album. Sébastien Blais-Montpetit (Radio Radio, DJ Champion) signe la réalisation et Misteur Vallaire donne une saveur particuilère à la pièce Mon coeur est fauve. Native de Gatineau, la jeune autodidacte manie les mots de main de maître. Son album démontre une réelle passion pour la langue et ses multiples nuances. “Je suis une fille qui aime aimer dit-elle.

 

Je sais que ça a l’air plutôt étrange, mais je pense que j’aime aimer et j’aime tout. J’aime écrire, composer et jouer... C’est impossible pour moi de choisir ce que je préfère.” Bien que La Bronze soit sa priorité pour l’instant, puisque l’album vient tout juste d’arriver sur le marché, Nadia Essadiqi ne néglige pas ses autres projets. “Je n’arrête jamais! s’exclame-t-elle. Je suis d’ailleurs un peu fatiguée, mais c’est une bonne fatigue.”

 

Elle mène donc de front ses deux carrières parallèles (chanteuse et comédienne) et organise ses horaires pour profiter de tout au maximum. “Je m’exprime à travers ces deux passions, elles se nourrissent l’une l’autre. Je ne peux pas choisir! D’ailleurs les tournages pour la websérie Quart de vie reprennent bientôt pour une deuxième année. Il s’agit aussi d’un très beau projet. Je serai donc occupée là-dessus. En plus, je viens tout juste de terminer de jouer un rôle au théâtre La Chapelle dans Le coeur animal, une pièce que j’ai moi-même écrite. C’était une belle expérience.”

 

La Bronze retrouvera son public montréalais à la Place des Arts en février, avant d’entamer une série de spectacles un peu partout en province en avril. Elle présentera avec fierté le fruit de son travail, son premier album La Bronze. Être sur scène, c’est ce qu’elle préfère puisque la relation avec les gens y est directe et franche. “C’est comme livrer une partie de notre coeur aux gens qui sont dans la salle, imagine-t-elle. Je vais partager mon coeur avec eux.”

Please reload